Comment acheter des actions en 2024 ?
Acheter des actions

Comment acheter des actions en 2024 ?

Acheter des actions est un excellent moyen de faire fructifier son capital tout en participant directement à l’économie. Si vous débutez, découvrez comment acheter des actions en bourse en 2024.

Qu’est-ce qu’une action ?

Une action symbolise une fraction du capital d’une entreprise. Lorsqu’un investisseur achète une action, il obtient ainsi une part de propriété dans l’entreprise correspondante.

Cet instrument financier est non seulement un moyen pour les entreprises de lever des fonds en offrant au public une participation dans leur capital, mais il représente également pour les investisseurs une opportunité de participer à la croissance et à la prospérité de l’entreprise.

Cette participation confère des droits à l’investisseur, tels que percevoir des dividendes (part des bénéfices distribuée aux actionnaires) et participer aux décisions importantes via le vote en assemblée générale, proportionnellement au nombre d’actions détenues.

En achetant une action, l’investisseur se lie aux fortunes de l’entreprise. Si l’entreprise prospère, la valeur de son action peut augmenter, offrant ainsi la possibilité d’un gain en capital à la revente de cette action. De l’autre côté, si l’entreprise connaît des difficultés, l’investisseur peut perdre de l’argent (mais jamais plus que ce qu’il a mis initialement).

Maintenant, découvrons comment acheter des actions.

1ère étape : Choisir un courtier en bourse

Le choix d’un courtier en bourse est important pour tout investisseur désireux de se lancer dans l’achat d’actions. Un courtier sert d’intermédiaire entre vous et les marchés financiers, facilitant l’exécution de vos ordres d’achat et de vente. Il est impératif de passer par un courtier pour acheter des actions.

Voici quelques critères à considérer pour sélectionner le bon courtier :

  • Fiabilité et réputation : Optez pour un courtier reconnu et réglementé par les autorités financières, garantissant la sécurité de vos investissements et la conformité aux régulations du marché. Consultez les avis d’autres investisseurs et recherchez d’éventuelles distinctions ou récompenses attribuées au courtier.
  • Frais : Les frais varient significativement d’un courtier à l’autre et peuvent avoir un impact direct sur votre rentabilité. Comparez les brochures tarifaires, en tenant compte principalement des frais de courtage, des frais de change et éventuellement des frais annuels de tenue de compte.
  • Plateforme d’investissement : La qualité de la plateforme d’investissement est cruciale pour une expérience d’investissement réussie. Elle doit être intuitive, fiable, et offrir des outils d’analyse avancés, des informations de marché en temps réel, et une exécution rapide des ordres. La disponibilité d’une application mobile peut également être un atout pour gérer vos investissements depuis votre mobile.
  • Gamme d’investissement : Assurez-vous que le courtier propose un large éventail de produits financiers pour que vous puissiez acheter ce que vous souhaitez sans encombre. Si vous envisagez d’investir dans des actions étrangères, vérifiez que le courtier offre un accès aux marchés internationaux que vous ciblez.
  • Service client : Un service client réactif et compétent est indispensable, surtout pour les investisseurs débutants. Vérifiez les modalités de contact (téléphone, email, chat en ligne) et les horaires de disponibilité. La présence de ressources éducatives, telles que des tutoriels, webinaires, ou analyses de marché, peut également être un critère de choix important.

Parmi les courtiers les plus populaires en bourse et qui répondent à l’ensemble de ces critères, il est possible de citer DEGIRO et Trade Republic. Ces deux courtiers sont très compétitifs en termes de frais, et offrent une large gamme de produits financiers avec une plateforme et une application mobile très intuitive.

2ème étape : Ouvrir un compte d’investissement

Pour acheter des actions, la première étape cruciale est d’ouvrir un compte d’investissement, également connu sous le nom de compte-titres. Ce compte sert de support pour loger vos actions et autres instruments financiers. En France, vous avez principalement le choix entre deux types de comptes : le Plan d’Épargne en Actions (PEA) et le compte-titres ordinaire (CTO).

Le PEA offre des avantages fiscaux intéressants, notamment une exonération des gains après 5 ans de détention du compte, mais impose certaines restrictions sur les investissements. En effet, il est possible d’acheter uniquement des actions de sociétés ayant leur siège social en France ou dans l’Union Européenne. Découvrez les 10 meilleures actions éligibles au PEA.

De son côté, le compte-titres ordinaire offre une flexibilité maximale, permettant d’investir dans des entreprises du monde entier sans plafond ou restrictions particulières, mais sans les avantages fiscaux du PEA. Le choix du compte dépendra de vos objectifs d’investissement, de votre horizon de placement, et de votre tolérance au risque.

3ème étape : Sélectionner une action à acheter

Choisir les bonnes actions à acheter requiert une analyse minutieuse et une compréhension approfondie des marchés. Avant de faire votre choix, examinez les performances passées de l’entreprise, sa santé financière, ses perspectives de croissance, ainsi que son positionnement dans son marché. Des outils d’analyse fondamentale et technique peuvent vous aider à évaluer le potentiel d’une action.

L’analyse fondamentale se concentre principalement sur le contexte économique et les états financiers de l’entreprise, tandis que l’analyse technique étudie les mouvements de prix et les tendances du marché. L’objectif est de déterminer si l’action est sous-évaluée ou surévaluée par rapport à son potentiel futur.

L’utilisation de codes uniques comme le code ISIN permet d’éviter toute confusion lors de la sélection d’une action, garantissant ainsi que vous investissez dans l’entreprise souhaitée.

4ème étape : Passer un ordre d’achat

Une fois que vous avez sélectionné l’action à acheter, la prochaine étape consiste à passer un ordre d’achat auprès de votre intermédiaire financier. Pour cela, vous devrez spécifier plusieurs éléments : le nom de l’entreprise (ou son code ISIN, un identifiant unique qui évite toute confusion), le nombre d’actions que vous souhaitez acheter, et le type d’ordre.

Les types d’ordres les plus courants sont l’ordre “au marché”, où votre achat est réalisé au prix actuel de l’action, et l’ordre “à cours limité”, où vous fixez un prix maximum pour l’achat. Vous devez également décider si votre ordre est immédiat ou s’il a une durée de validité.

Une fois l’ordre placé, votre intermédiaire le transmettra sur le marché pour exécution. Il est essentiel de suivre l’évolution de votre ordre et d’être prêt à ajuster votre stratégie en fonction des conditions de marché.

Combien rapporte une action ?

Pour savoir combien rapporte une action, il faut déjà comprendre certaines notions. Le rendement d’une action peut se manifester de deux façons principales : à travers les dividendes et l’appréciation du prix de l’action.

Les dividendes représentent une part des bénéfices de l’entreprise distribuée aux actionnaires. La décision de verser des dividendes, leur fréquence et leur montant varient selon les politiques de l’entreprise et sa santé financière. Certains investisseurs privilégient les entreprises avec un historique solide de versements réguliers de dividendes, considérant ces paiements comme une source de revenu passif fiable. Découvrez les meilleures actions à dividende en bourse qui ont un rendement supérieur à 3%.

L’appréciation du prix de l’action survient lorsque la valeur de l’action sur le marché augmente. Cette appréciation est influencée par de nombreux facteurs, tels que les performances financières de l’entreprise, les perspectives de croissance, les conditions économiques globales et le sentiment du marché. Les investisseurs réalisent un profit en vendant leurs actions à un prix plus élevé que celui auquel elles ont été achetées, générant ainsi une plus-value. Les valeurs de croissance sont très prisées des investisseurs pour espérer des plus-values à la revente.

Il est important de noter que le rendement d’une action peut aussi être négatif. Les fluctuations du marché, les performances décevantes de l’entreprise ou les changements dans l’environnement économique peuvent entraîner une dépréciation de l’action, ce qui signifie que sa valeur marchande diminue. Dans ce cas, un investisseur vendant son action pourrait subir une perte.

Le rendement total d’une action est donc la combinaison du revenu généré par les dividendes et de la plus-value (ou moins-value) réalisée sur le prix de l’action. Investir en actions comporte un niveau de risque variable, et il est essentiel pour les investisseurs de réaliser des recherches approfondies et de considérer leur tolérance au risque avant de faire un investissement.

Quelle est la fiscalité des actions ?

En France, la fiscalité des actions a été simplifiée avec l’introduction du Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU), également connu sous le nom de “flat tax”, en 2018. Cette mesure vise à rendre l’investissement en actions plus attractif et plus simple à gérer du point de vue fiscal pour les investisseurs. Mais les investisseurs peuvent toujours opter pour l’impôt sur le revenu s’ils le souhaitent.

Voici les deux options fiscales possibles pour les investisseurs (il faut choisir l’une ou l’autre lors de sa déclaration d’impôt) :

  • Le Prélèvement Forfaitaire Unique

Le PFU s’élève à 30% et couvre à la fois les prélèvements sociaux (17,2%) et l’impôt sur le revenu (12,8%) sur les plus-values réalisées lors de la vente d’actions et sur les dividendes perçus.

Cette flat tax constitue une option simplifiée, offrant aux investisseurs la possibilité de payer un taux d’imposition fixe sur leurs gains en capital et revenus de dividendes, indépendamment de leur tranche marginale d’imposition.

  • L’impôt sur le revenu

Les investisseurs ont également la possibilité d’opter pour l’intégration de leurs gains en capital et dividendes dans leur revenu imposable global, qui sera alors soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu (de 0% à 45%) auquel il faut ajouter les prélèvements sociaux de 17,2%.

Cette option peut être avantageuse pour les contribuables se situant dans les tranches d’imposition les plus basses, car le taux d’imposition appliqué à leurs gains pourrait être inférieur à celui du PFU.

Les gains réalisés sur un PEA sont exonérés d’impôt sur le revenu, à condition que le plan soit conservé pendant au moins cinq ans. Cependant, les prélèvements sociaux restent applicables sur les gains lors des retraits (17,2%).

Quels sont les frais pour acheter des actions ?

L’achat d’actions engendre divers frais, notamment les frais de courtage, les frais de change, les droits de garde (selon le type de détention des actions), ainsi que les frais de gestion si vous investissez via un organisme collectif. Ces frais peuvent varier en fonction de l’intermédiaire financier choisi et du support d’investissement.

Privilégiez les courtiers en ligne pour avoir des frais très compétitifs. Les banques traditionnelles ne sont absolument pas recommandées pour posséder des comptes-titres, leurs frais sont trop onéreux pour un investisseur particulier.

Par exemple, chez le courtier en ligne TradeRepublic, les frais de courtage sont de 1€ pour acheter des actions, quelque soit le montant de l’ordre. Il n’y a pas de frais de change ni de droits de garde. Chez DEGIRO, les frais de courtage sont de 2€ pour acheter des actions auquel va s’ajouter les frais de change.

Ces deux courtiers sont très compétitifs, et proposent une gamme variée de produits financiers.

Quelle est la différence entre une action et une obligation ?

La principale différence entre une action et une obligation réside dans la nature du titre : une action est un titre de propriété offrant une part de l’entreprise, tandis qu’une obligation est un titre de créance représentant un prêt fait à l’entreprise.

Les détenteurs d’actions peuvent bénéficier de dividendes et de droits de vote, contrairement aux détenteurs d’obligations, qui reçoivent des intérêts fixes et dont le capital est remboursé à échéance, sans droit de vote aux assemblées générales.

⚠️ Avertissement : Les informations présentées sont données à titre informatif et ne doivent être en aucun cas considérées comme un quelconque conseil en investissement, ou une recommandation d’achat ou de vente. Les informations contenues peuvent devenir obsolètes avec le temps.
L'investissement dans des produits financiers (actions, ETF, OPCVM, etc..) est risqué par nature et doit s'envisager à long terme. Il est impératif que vous fassiez vos propres recherches avant toute décision d'investissement, ou rapprochez-vous d'un professionnel du secteur financier pour avoir un avis éclairé sur l’adéquation de ces investissements à votre situation personnelle.

Si vous avez aimé cet article, faites-le nous savoir !

Notez cet article !
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires...
Chute bourse
Lire plus

Que faire quand la bourse chute ?

Quand on observe une chute de la bourse et une dévaluation significative de son portefeuille, il est normal de paniquer et...
Investir en bourse à partir de 1€ 🚀
Découvrir Trade Republic