Récession : définition, causes, effets et durée
Récession

Récession : définition, causes, effets et durée

La récession n’est pas une période joyeuse, mais elle est inévitable dans un cycle économique normal. Après des phases d’expansion et d’euphorie, une récession n’est jamais loin. Voici tout ce que vous devez savoir sur cette période de ralentissement économique.

Une récession : c’est quoi ?

Une récession correspond à une période de ralentissement de l’activité économique pendant au moins deux trimestres consécutifs. Ce ralentissement est calculé par le Produit Intérieur Brut (PIB). Ce terme est revenu sur le devant de la scène en 2022 avec de nombreux analystes qui prévoient une récession à venir pour cette année ou 2023.

C’est l’économiste américain Julius Shiskin qui a théorisé cette définition en 1974. Selon lui, l’économie est vouée à se développer, mais lorsqu’elle est en repli pendant deux trimestres consécutifs (soit 6 mois), c’est qu’il y a des problèmes sous-jacents plus graves.

Les récessions entraînent généralement une baisse de la production économique, de la demande des consommateurs, mais aussi des ventes et de l’emploi. Ces périodes sont souvent très mauvaises sur les marchés financiers avec une baisse de tous les indices boursiers à travers le monde.

Les récessions font cependant partie à part entière du cycle économique, avec une phase d’expansion puis de contraction.

Quelles sont les causes d’une récession ?

Différents facteurs peuvent provoquer une récession économique. Voici quelques exemples.

  • Un endettement massif

L’endettement massif des ménages et des entreprises dans un excès de confiance et d’optimisme lorsque l’économie se porte bien peut provoquer une faillite en chaîne lorsque le coût de la dette devient trop élevé. Les particuliers et les entreprises ne peuvent plus rembourser leur crédit, ce qui les mène à la faillite. Cela provoque par la suite une récession.

Dans l’histoire, l’exemple le plus notable est celui de la bulle immobilière qui a conduit à la crise immobilière de 2008, également appelée crise de subprimes.

  • Un choc économique imprévu

Un autre facteur à l’origine d’une récession est celui d’un choc économique soudain comme celui que nous avons vécu récemment avec la crise du coronavirus. L’économie est entrée en récession à cause de la paralysie des économies du monde entier. Heureusement, les banques centrales ont vite réagi au point de relancer l’économie en quelques mois seulement.

  • Les bulles d’actifs

Lorsque les marchés vont bien, qu’on est en situation de bull market, les investisseurs sont optimistes voire trop optimistes. Quand l’économie est forte, les investisseurs ont tendance à se ruer sur les actifs financiers ce qui entraîne des mouvements de masse, que l’on peut qualifier de FOMO.

La peur de manquer l’occasion de faire un gain entraîne des investisseurs qui à leur tour vont investir pour profiter de la hausse des actifs. Mais à un moment donné, lorsque les résultats économiques ne sont pas à la hauteur de la valeur d’un actif, cela peut provoquer un vent de panique chez les investisseurs.

C’est ce que nous avons vécu en 2022 avec les valeurs technologiques qui se sont effondrées après un parcours boursier exemplaire ces deux dernières années post-covid.

Lorsque les bulles éclatent, les ventes de panique peuvent faire s’effondrer le marché et provoquer une récession.

  • L’inflation

Une inflation trop importante est aussi un facteur pouvant provoquer une récession. L’inflation correspond à une hausse généralisée des prix. Elle fait partie du paysage économique et il y a toujours de l’inflation. Mais lorsque celle-ci devient excessif, elle peut devenir un phénomène dangereux.

C’est le rôle des banques centrales de contrôler l’inflation. Elles disposent de plusieurs outils pour la maintenir dans des proportions raisonnables comme la hausse des taux d’intérêt.

Lorsque l’inflation devient importante, les banques centrales ont tendance à augmenter les taux d’intérêt. Cette hausse des taux d’intérêt signifie qu’il est plus difficile d’emprunter de l’argent, et que l’argent devient plus coûteux. Ainsi, cela peut ralentir l’activité économique et provoquer une récession.

Mais il est tout à fait possible de profiter de l’inflation afin d’en tirer un avantage.

  • La déflation

La déflation correspond à une baisse des prix généralisée, c’est l’exacte opposée de l’inflation. Sauf que cette baisse des prix entraîne au fil du temps une baisse des salaires, puis une baisse des prix… c’est un cercle vicieux sans fin.

Les ménages et les entreprises cessent donc de dépenser lorsque la déflation est trop importante. Cela peut irrémédiablement entraîner une récession.

Quels sont les effets d’une récession ?

La récession possède plusieurs effets négatifs sur l’économie. Tout d’abord, pour les particuliers, obtenir un crédit devient de plus en plus difficile car les banques sont frileuses. L’économie étant plus fragile, ils subissent aussi une baisse de pouvoir d’achat.

Concernant les entreprises, elles cherchent à réduire leurs coûts pour faire face au ralentissement de l’économie. Le taux de chômage augmente donc pour les particuliers. Il y a aussi une chute des investissements.

Certaines entreprises prévoyantes ont cependant l’opportunité de tirer parti d’une période de récession avec des prix qui baissent et un ralentissement économique.

Combien de temps dure une récession ?

Aux États-Unis, les études du National Bureau of Economic Research (NBER) démontrent qu’une récession dure en moyenne 10 mois. Un chiffre en baisse puisque avant la Seconde Guerre Mondiale, la durée moyenne d’une récession était de 21 mois.

Ce chiffre est évidemment à prendre avec du recul parce qu’il ne concerne que les USA, et qu’il est aussi très difficile de déterminer combien de temps dure cette période. Disons que ça peut aller de quelques mois voir quelques années dans le pire des cas.

Les banques centrales et les États font tout pour éviter que ces périodes ne se prolongent dans le temps et impactent trop l’économie mondiale.

Comment anticiper une récession ?

Bien qu’il soit très difficile d’anticiper une récession car les prévisions économiques sont incertaines, certains indicateurs financiers peuvent permettre d’anticiper une récession à venir.

Il existe plusieurs signes avant-coureurs qui peuvent permettre de détecter une potentielle récession (sans évidemment en être certain).

  • Une baisse de la confiance des consommateurs : Lorsque les consommateurs n’ont pas le moral et qu’ils dépensent moins, les risques d’une récession sont plus élevés. Les dépenses des consommateurs constituent l’essence de l’économie. Si elles diminuent, cela montre des signes de ralentissement économique et potentiellement une récession à venir. Il existe plusieurs indices qui permettent de calculer le sentiment des consommateurs comme l’indice ZEW.
  • La baisse soudaine des marchés boursiers : Une baisse importante et soudaine des marchés boursiers peut être le signe d’une récession à venir, car les investisseurs vendent une partie et parfois la totalité de leurs actifs en prévision d’un ralentissement économique.
  • La hausse du chômage : C’est évident que si les gens perdent leur emploi, c’est un mauvais signe pour l’économie. Quelques mois de hausse du chômage suffisent à signaler l’imminence d’une récession.

Voilà quelques signes qui doivent alerter mais évidemment ces facteurs sont non exhaustifs. Il n’existe aucun moyen fiable à 100% de prédire une récession.

En résumé : ce qu’est une récession

Une récession est une baisse de l’activité économique pendant au moins 2 trimestres consécutifs, soit 6 mois. Elle est mesurée par la baisse du PIB. Les récessions peuvent durer aussi peu que quelques mois, mais la reprise économique jusqu’au précédent sommet précédent peut prendre des années.

Plusieurs causes peuvent être à l’origine d’une récession comme par exemple une inflation trop importante. Ses effets peuvent se ressentir sur l’économie pendant de nombreux mois.

Articles similaires...
Coefficient bêta
Lire plus

Coefficient bêta en bourse : définition, calcul et explication

Le coefficient Bêta est un indicateur qui mesure la volatilité d'un actif par rapport au marché dans son ensemble. Très prisé des analystes financiers, cet indicateur financier permet de calculer le niveau d'un risque d'un actif ou d'un portefeuille boursier par rapport à l'ensemble du marché. Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur le coefficient Bêta.
Inflation
Lire plus

Qu’est-ce que l’inflation ?

L'inflation correspond à une situation d'augmentation globale et permanente des prix des produits et services. Une telle situation se traduit par une diminution du pouvoir d'achat de la monnaie. Autrement dit, avec un même montant d'argent, on achète moins de choses qu'auparavant. Que veut dire inflation et quelles en sont les causes ? Comment calcule-t-on l'inflation ?
Indice ZEW
Lire plus

Qu’est-ce que l’indice ZEW ?

Il existe plusieurs indices pour mesurer le sentiment économique et le sentiment des investisseurs comme l'indice de volatilité VIX. Mais parmi eux, il existe aussi l'indice ZEW, un indice allemand. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'indice ZEW.