Quel est le rôle d'une agence de notation ?
Agence de notation

Quel est le rôle d’une agence de notation ?

Les agences de notation ont un rôle primordial dans le financement de l’économie. Voici leur rôle et leur fonctionnement.

Qu’est-ce qu’une agence de notation ?

Une agence de notation est une entreprise qui fournit des notes destinées à évaluer la capacité des entreprises et des institutions publiques (États, collectivités locales), qui émettent des titres de dettes, à respecter leurs obligations de remboursement et des intérêts qui y sont attribués.

Autrement dit, l’agence de notation a pour rôle de déterminer le risque de non-remboursement des obligations (titres de dette) émises par une entreprise ou un État. Il s’agit en gros d’une note des pays sur leur solvabilité.

Les notations sont généralement demandées par les émetteurs de titres eux-mêmes. L

Les premières notations de titres à être fournies sont celles de John Moody en 1909. Elles font suite à la crise bancaire de 1907 et du refus des autorités américaines de créer une autorité centrale de régulation.

En 1913, Moody’s Investisor Services Incorporation est la première agence de notation en tant que telle puisqu’elle note l’ensemble des valeurs et des entreprises emprunteuses. Rapidement, trois autres agences de notation voient le jour, à savoir Poor’s en 1916, Standard Statistics Company en 1922 et Fitch Publishing Company en 1924.

Il est possible de constater que ces dernières sont celles qui dominent aujourd’hui le marché de la notation. En effet, les trois agences détenant 93% depuis 2017 du marché sont : Moody’s, Fitch et Standard & Poor’s (fusion de Poor’s et de Standard Statistics Company). 

Comment fonctionne une agence de notation ?

L’agence de notation a pour rôle de donner des notes sur la solvabilité d’un émetteur d’une obligation. Il faut savoir que les notes vont aujourd’hui de AAA pour les meilleures, c’est-à-dire que le risque de défaut de remboursement est très faible, à D pour les pires, c’est-à-dire ceux qui sont en défaut de paiement, par exemple à cause d’un dépôt de bilan.

Les notes peuvent évidemment évoluer à la hausse comme à la baisse durant la vie de l’entité évaluée. Elles ne sont que le reflet de la situation d’une valeur à un moment donné. 

Afin de fournir ces notes, les agences se basent sur les informations qui leur ont été transmises par les entreprises qu’elles notent, et les analysent. Par conséquent, elles sont dépendantes de ces dites entreprises mais surtout de la véracité et de la transparence des informations livrées.

Il est possible d’imaginer que si une entreprise sollicite une évaluation de ses titres, lorsqu’elle transmet des informations la concernant, seules les données profitables à la société soient apportées.

C’est pour cette raison que la confiance et la transparence sont primordiales dans ce domaine. Si une agence de notation évalue une entreprise mieux qu’elle ne le devrait, l’agence de notation perd toute crédibilité. Si une entreprise ne se montre pas sincère lors de la fourniture des renseignements, les investisseurs n’auront plus confiance en elle. 

Comment notent les agences de notation ?

La notation d’une agence de notation se base sur divers éléments qui permettent d’évaluer le risque financier. Ainsi, la rentabilité financière globale, le niveau d’endettement, la flexibilité financière et la liquidité sont des critères utilisés pour cela.

En lien avec la politique actuelle de responsabilité sociale et environnementale, d’autres critères non quantitatifs peuvent être utilisés, tels que la gouvernance, la responsabilité sociale de l’entreprise ou sa stratégie. 

Qui rémunère les agences de notation ?

Les agences de notation sont rémunérées par les émetteurs qui veulent se faire noter. Oui, même si cela paraît étonnant de payer pour se faire noter sans avoir de garantie sur une bonne note, il faut savoir que les agences de notation ont une grande influence sur le monde financier.

L’attribution de leurs notes permet de garantir la solvabilité ou la non solvabilité d’une entreprise ou d’un État, et tous les investisseurs sont influencés par cette notation.

Imaginons qu’une entreprise ou qu’un État ne veuillent pas se faire noter, cela sera mal vu par les investisseurs qui préfèreront s’abstenir de lui prêter de l’argent.

Il y a donc tout intérêt à se faire noter.

Rôle agence de notation

Les agences de notation, un facteur d’aggravation des crises ?

En période de crise, les agences de notation sont vivement critiquées et considérées comme des facteurs d’aggravation des crises. En effet, ces acteurs du marché, bien que largement considérés comme indispensables, ont encore la mauvaise réputation que leur a value leur orientation lors de la crise des subprimes de 2008, voire même lors de la crise de la zone euro de 2011-2012

Cette mauvaise presse peut paraître étonnante quand les réformes financières de la dernière décennie et les conditions d’agrément auxquelles elles sont soumises par les diverses autorités financières les contraignent à plus de transparence et de clarté dans leur méthodologie ou leur calendrier de notation.

Néanmoins, la méfiance subsiste, en témoigne la demande du président de l’ESMA adressée à ces acteurs de « soigneusement calibrer leurs décisions, pour ne pas aggraver la crise. » 

  • Le rôle des agences lors de la crise de 2008

D’une part, en ce qui concerne la crise de 2008, la cause était la titrisation excessive et dans laquelle les agences de notation jouent en réalité un rôle majeur. En effet, les agences notent les paquets de crédits titrisés, et les obligations émises en contrepartie selon les différentes tranches de risques.

À l’évidence, les agences ont trop accordé de « AAA » aux paquets qu’elles notaient. Beaucoup ont reproché aux agences un manque de clarté méthodologique dans leurs notations.

Par conséquent, quand l’euphorie suscitée par cet excès de notes hautes a été confrontée à la réalité du risque de défaut que présentaient les prêts subprimes, l’effet d’éclatement de la bulle alors créé a été sans précédent.

À noter à cet égard que les agences ont non seulement tardé à dégrader les créances hypothécaires (en 2009) mais plus encore en le faisant de manière brutale, aggravant ainsi la crise. C’est ce que les acteurs du marché dénoncent comme un effet procyclique sur lequel nous reviendrons. 

  • Le rôle des agences lors de la crise de la zone euro en 2011-2012

D’autre part, du côté de la crise de la dette publique grecque et de la zone euro, les agences se sont faites plus discrètes à cause des crises précédentes. Elles n’ont effectivement pas alerté sur les risques soulevés par l’ampleur des dettes, le niveau du déficit ou de compétitivité de certains pays ainsi fragilisés (notamment la Grèce).

Les multiples dégradations par S&P de la note de la Grèce furent d’une sévérité telle (jusqu’à descendre en catégorie « SD » au 27 février 2012, autrement dit en défaut sélectif) que les taux d’intérêts exigés par les investisseurs ont mécaniquement atteint des niveaux insoutenables (au-delà de 10%).

S’en suivirent les vagues de dégradation successives des notes d’autres États de la zone euro comme l’Espagne ou le Portugal dont la chronologie des annonces a été vivement critiquée car rendant relativement inopérantes les mesures de sauvetage envisagées par l’Europe et le FMI.

Il convient de souligner à cet égard que ces critiques se fondent sur le prétendu manque de pertinence des méthodes de notation des agences en matière d’évaluation du risque souverain. En effet, si leur expertise n’est pas remise en question s’agissant de l’évaluation des entreprises, il n’en va apparemment pas de même vis-à-vis du domaine des finances publiques qu’elles apparaissent moins légitimes à noter.

Plus encore, des interrogations sont soulevées autour des notes attribuées à des pays comme les États-Unis ou l’Angleterre à l’égard desquels les agences se sont à priori montrées plus clémentes.

  • Le rôle des agences lors de la crise sanitaire de 2020

Lors de la crise sanitaire du coronavirus en 2020, les agences de notation ont de nouveau été critiquées. L’Italie, notamment, a vu sa note abaissée au cran de « BBB- » et ainsi se retrouver à la limite de la catégorie spéculative selon l’agence Fitch. La réaction ne s’est pas faite attendre, et le taux d’emprunt à 10 ans de cet État a immédiatement augmenté.

L’agence indique à ce sujet que « le déclassement reflète l’impact significatif de la pandémie mondiale de Covid-19 sur l’économie italienne et la situation de la dette souveraine ». Il apparaît toutefois pertinent de noter que cette dernière a fait passer la perspective de la dette souveraine italienne de négative à stable.

Cela se comprend au regard des diverses mesures mises en place par la BCE (rachat de dette, autorisation d’émission des titres de dette, même au-delà de la catégorie spéculative). 

Quoiqu’il en soit, il ne fait aucun doute que si une nouvelle dégradation de la note de l’Italie intervenait, les conséquences en seraient lourdes s’agissant de ses capacités à se financer sur les marchés. Les investisseurs n’auraient sûrement plus confiance.

En résumé : ce qu’est une agence de notation

Une agence de notation est une entreprise dont le rôle est de noter la capacité de remboursement des émetteurs de titres de dettes (obligations). Ces émetteurs peuvent être des entreprises ou des États.

Elles sont souvent critiquées en période de crise car leur notation peut aggraver les conséquences de la crise, mais en réalité leur rôle est indispensable pour la confiance et la transparence à l’égard des investisseurs.

Articles similaires...
Un ETF
Lire plus

Qu’est-ce qu’un ETF ?

Les ETF, ou fonds négociés en bourse, sont des fonds qui répliquent la performance d'un indice ou d'un secteur d'activité. Très prisé des investisseurs, ils permettent de diversifier son portefeuille à moindre coût.