Qu'est-ce qu'un ETF synthétique ?
ETF synthétique

Qu’est-ce qu’un ETF synthétique ?

Les ETF sont des fonds indiciels cotés en bourse dont le rôle est de répliquer la performance de leur indice de référence. Pour répliquer cette performance, deux méthodes sont utilisées : la réplication physique et la réplication synthétique. Dans cet article, nous allons définir les caractéristiques de la réplication synthétique.

Un ETF synthétique : c’est quoi ?

Un ETF synthétique est un fonds indiciel qui va reproduire indirectement la performance de son indice de référence par le biais de produits dérivés. Ces produits dérivés sont des swaps.

Les ETF à réplication synthétique sont également appelés plus communément « ETF synthétique », ou « ETF swap ». La finalité est exactement la même que l’ETF physique, mais il s’agit d’une réplication « artificielle ».

En d’autres termes, un ETF à réplication physique investit dans les actions de son indice de référence dans le but de reproduire son rendement, comme le CAC40 ou le S&P 500. L’ETF synthétique quant à lui cherche également à reproduire la performance d’un indice de référence, mais il ne possède pas de titres physiques. Il s’appuie sur des produits dérivés afin de garantir que la performance de l’indice de référence soit réalisée.

Le premier ETF synthétique a été introduit en Europe vers 2001. Cela reste un investissement populaire sur les marchés européens, mais aux États-Unis, les ETF synthétiques sont moins répandus. Cela est dû à une réglementation spécifique mise en place par l’autorité de régulation américaine (SEC) en 2010, qui interdit le lancement de nouveaux fonds par des gestionnaires d’actifs ne parrainant pas déjà un ETF synthétique.

Comment fonctionne un ETF synthétique ?

Contrairement à l’ETF physique qui détient directement les titres de l’indice qu’il réplique, l’ETF synthétique possède un fonctionnement un peu plus complexe à comprendre.

Il utilise ce que l’on appelle des swaps, qui sont des contrats d’échange à terme. Ils appartiennent à la grande famille des produits dérivés. Si vous ne comprenez pas grand-chose, pas de soucis, nous allons vous l’expliquer.

Un swap est une sorte de garantie entre une personne qui veut se protéger, et une autre personne qui lui vend la protection (la contrepartie). Cela permet de faire courir le risque sur une autre entité plutôt que sur soi. C’est exactement le même principe qu’une assurance.

Dans le cas de la réplication synthétique, la performance de l’indice de référence de l’ETF est répliquée au moyen d’un contrat de swap appelé swap de performance. Le swap permet en effet de faire un échange de performance, comme par magie ! C’est comme si vous possédiez une action Apple, et que votre ami possède une action Tesla, et que vous passiez un contrat de swap entre vous pour échanger les performances de vos deux actions (sans pour autant échanger vos actions!).

En réalité, l’ETF synthétique est investi sur deux compartiments :

  • un panier d’actions quelconque qui va lui servir de garantie pour la contrepartie du swap
  • la valeur du swap qui ne peut excéder 10% de l’actif du portefeuille

L’émetteur de l’ETF va conclure un contrat avec un établissement financier, qui est souvent sa société mère. Dans le contrat de swap, il est convenu que l’établissement financier s’engage à fournir la performance de l’indice de référence à l’ETF, y compris tous les paiements de dividendes si l’ETF distribue les dividendes.

En échange, l’établissement financier reçoit une commission (appelée commission de swap) et la performance du panier d’actions qui sert de garantie.

Grâce au swap, il peut donc y avoir 2 hypothèses :

  • lorsque le panier d’actions qui sert de garantie à l’ETF sous-performe l’indice de référence, la contrepartie paye la différence à l’ETF pour que le rendement de l’indice soit le plus juste.
  • lorsque le panier d’actions qui sert de garantie à l’ETF sur-performe l’indice de référence, l’ETF va payer la différence à la contrepartie.

À noter : Les titres du portefeuille de garantie de l’ETF ne sont pas nécessairement les titres qui composent l’indice répliqué.

Par exemple, un ETF synthétique qui réplique un indice composé d’actions européennes (par exemple, l’indice MSCI Europe) peut tout à fait être composé d’actions américaines dans son portefeuille de garantie. L’objectif est juste de pouvoir assurer une performance pour la contrepartie.

À quoi sert un ETF synthétique ?

L’objectif d’un émetteur d’ETF synthétique est d’obtenir la performance la plus proche de son indice de référence. Souvent, on dit que la performance est même meilleure que celle des ETF à réplication physique.

Pour les investisseurs, les ETF synthétique constituent une opportunité rentable pour investir dans des marchés de niche ou dans certaines classes d’actifs telles que les matières premières et le marché monétaire, qui ne seraient autrement pas accessibles à la plupart des investisseurs.

Il s’agit également d’un atout indispensable pour mieux diversifier des placements restreints comme le PEA. C’est notamment grâce aux ETF à réplication synthétique qu’il y a des ETF éligibles au PEA alors même qu’ils sont investis sur des actions américaines ou du monde entier. En réalité, ces ETF investissent sur des actions européennes, puis ils vont utiliser un swap pour échanger leur performance avec celle d’un indice situé hors Europe (par exemple le S&P500 ou le Nasdaq).

Faut-il investir dans un ETF synthétique ?

Les ETF synthétique sont des opportunités pour diversifier son portefeuille à moindres frais. Ils permettent notamment d’investir sur une sélection plus large d’actions sur son PEA.

Il est recommandé d’investir sur des ETF synthétique qu’après avoir réellement compris leur fonctionnement. C’est l’une des règles de base en bourse : il faut comprendre ce dans quoi on investit.

Les avantages des ETF synthétiques

  • Une meilleure réplique de l’indice

Les partisans des ETF synthétiques affirment qu’ils parviennent mieux à suivre le rendement d’un indice. En effet, ils ont moins de frais qui imputent leurs performances, donc ils répliquent au plus près leur indice de référence.

  • Accéder à des marchés éloignés

Ils constituent aussi une bonne opportunité pour les investisseurs qui cherchent à accéder à des marchés géographiquement éloignés, et à bien diversifier son portefeuille.

Ils permettent en outre de contourner les restrictions géographiques inhérentes au PEA pour être exposé à un panel plus large d’actions.

  • Accéder à des marchés divers

De plus, les ETF synthétiques ont l’avantage d’offrir aux investisseurs une exposition à des indices composés d’actifs financiers moins liquides, et d’accéder à des marchés difficilement accessibles en temps normal pour les investisseurs particuliers comme le marché des matières premières.

  • Des coûts plus faibles que les ETF physiques

Enfin, les coûts pour les investisseurs sont généralement moins élevés pour les ETF synthétiques que les ETF physiques. Les ETF synthétiques ont des coûts liés uniquement à la conclusion de contrats de swaps, et les ETF physiques ont plusieurs coûts liés à l’achat et la vente d’actions.

Les inconvénients des ETF synthétiques

  • Le risque de contrepartie

Il faut quand même savoir qu’il existe plus de risques avec les ETF synthétiques qu’avec les ETF physique, puisqu’il y a un risque de contrepartie. Le risque de contrepartie est le risque que la contrepartie fasse faillite, et qu’elle ne puisse pas honorer le contrat de swap conclu.

Aux États-Unis, la régulation est assez stricte à propos de ces ETF, car l’autorité de régulation américaine estime qu’il y a de plus gros risques qu’avec les ETF synthétiques. Ils sont donc beaucoup moins répandus qu’en Europe, où ils sont nés.

Au niveau de l’Union Européenne, des directives restrictives ont également été prises pour ce type d’ETF. Depuis la directive européenne UCITS, la valeur du swap ne peut pas excéder plus de 10 % des actifs du fonds. Cela a été fait pour éviter que ce risque soit trop grand pour les investisseurs particuliers, et que les gestionnaires d’ETF fassent tout et n’importe quoi.

Mais il faut quand même modérer cette inquiétude : les émetteurs des ETF n’hésitent pas à prendre plusieurs contreparties pour répartir les risques. De plus aujourd’hui, avec toute la transparence qui entoure les intermédiaires financiers, il est facile d’avoir toutes les informations sur les contreparties et les swaps.

  • Le risque de liquidité et de conflits d’intérêts

De manière générale, les principaux risques des ETF synthétiques sont le risque de contrepartie, le risque de liquidité et les conflits d’intérêts potentiels. Concernant les conflits d’intérêts, cela se produit si la même institution financière assume des rôles multiples en tant que gestionnaire de l’ETF, mais aussi contrepartie de swap, et parfois même le fournisseur d’indice. Dans ce cas, un potentiel conflit d’intérêts se présente.

  • Le risque de perte en capital

Comme tout investissement en bourse, les ETF synthétiques sont aussi soumis au risque de dépréciation et de perte du capital. Les investisseurs doivent s’attendre à voir leur investissement perdre de sa valeur lorsque les conditions économiques se dégradent et en cas d’événements divers et variés sur les marchés financiers.

⚠️ Avertissement : Les informations présentées sont données à titre informatif et ne doivent être en aucun cas considérées comme un quelconque conseil en investissement, ou une recommandation d’achat ou de vente. Les informations contenues peuvent devenir obsolètes avec le temps.
L'investissement dans des produits financiers (actions, ETF, OPCVM, etc..) est risqué par nature et doit s'envisager à long terme. Il est impératif que vous fassiez vos propres recherches avant toute décision d'investissement, ou rapprochez-vous d'un professionnel du secteur financier pour avoir un avis éclairé sur l’adéquation de ces investissements à votre situation personnelle.

Si vous avez aimé cet article, faites-le nous savoir !

5/5 - (4 votes)
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires...
La stagflation
Lire plus

Qu’est-ce que la stagflation ?

La stagflation est une situation économique relativement rare qui combine une hausse du chômage et de l'inflation avec une...
Investir en bourse à partir de 1€ 🚀
Découvrir Trade Republic