Gestion active en bourse : définition, avantages, et risques
Gestion active

Gestion active en bourse : définition, avantages, et risques

La gestion active est un mode de gestion de portefeuille très populaire auprès des gérants d’actifs professionnels. Voici tout ce que vous devez savoir sur ce type de gestion, avec ses avantages et ses risques.

Qu’est-ce que la gestion active ?

La gestion active est un mode de gestion de portefeuille dans laquelle un investisseur prend des décisions d’achat, de conservation et de vente d’actifs dans l’objectif de battre le marché. Elle consiste en un arbitrage régulier du portefeuille pour faire des performances. La gestion active s’oppose à la gestion passive.

Souvent, la gestion active est opérée par un gérant de fonds qui va avoir pour objectif de surpasser un indice de référence désigné pour son fonds tout en atteignant un ou plusieurs autres objectifs tels que la gestion du risque, la diversification, ou encore les normes sociales et de gouvernance (ESG) en matière d’investissement. C’est notamment grâce à de bonnes performances que les fonds (SICAV, FCP..) sont généralement bien réputés et collectent beaucoup plus de capitaux.

Un investisseur ou un gérant de fonds qui investit de manière active sur les marchés peut s’appuyer sur l’analyse fondamentale, la recherche et les prévisions en matière d’investissement, qui peuvent inclure aussi des outils d’analyse technique, ainsi que sur son propre jugement et son expérience pour prendre des décisions sur les instruments financiers à acheter et à vendre. Il va notamment faire de la sélection d’actions, que l’on appelle le stock picking.

Leur approche peut être également strictement algorithmique, entièrement discrétionnaire, ou un peu des deux.

À qui s’adresse la gestion active ?

Outre les professionnels du secteur financier, et notamment les gérants de fonds, la gestion active s’adresse en priorité aux investisseurs expérimentés ayant toutes les connaissances et l’expérience nécessaires pour prendre des décisions d’investissement éclairés.

Certains investisseurs expérimentés aiment coupler les deux styles de gestion, la gestion passive et la gestion active, pour leur portefeuille boursier. Ce dernier est composé alors d’ETF, et d’actions sélectionnés soigneusement par l’investisseur.

Généralement, les investisseurs qui sont adeptes de la gestion active ne soutiennent pas les formes les plus fortes de la théorie du marché efficient, qui soutient qu’il est impossible de battre le marché sur le long terme parce que toutes les informations financières publiques ont déjà été incorporées par les investisseurs dans les prix des actions.

Selon cette théorie, les actions révèlent donc le « juste prix » des actions, en tenant compte des éléments fondamentaux de l’entreprise et de la psychologie des investisseurs. Les adeptes de cette hypothèse soutiennent que les investisseurs actifs qui passent leurs journées à acheter et à vendre des actions pour exploiter leurs fluctuations à court terme feront probablement, à long terme, moins bien que les investisseurs qui achètent les titres des principaux indices pour suivre la performance des marchés au sens large.

Quelque soit la vision des choses, la gestion active a ses adeptes et ses récalcitrants, comme pour tout type de gestion.

Les avantages de la gestion active

Les investisseurs peuvent profiter de l’expertise et de l’expérience d’un gestionnaire de fonds qui pratique la gestion active. Par exemple, un gérant de fonds qui a une grande expérience dans un secteur d’activité, disons l’intelligence artificielle, peut le mettre à profit des investisseurs dans le cadre de la gestion collective. Il connaîtra probablement davantage le marché que l’investisseur lambda qui n’a pas de grandes connaissances particulières sur le secteur de l’intelligence d’artificielle.

De plus, un investisseur ou un gérant qui utilise la gestion active a plus de flexibilité qu’un investisseur passif. En effet, il peut choisir volontairement tous les titres qui composent son portefeuille, et exclure ceux dans lesquels ils ne croient pas. Alors que dans un ETF, il est impossible d’exclure certains titres puisqu’il réplique la composition entière de son indice de référence.

Enfin, la gestion active permet de mieux gérer les risques. En d’autres termes, elle permet de réagir plus rapidement aux situations exceptionnelles. Par exemple, un gérant actif peut sortir lorsqu’il y a des scandales sur des valeurs qui éclatent, pour les remplacer rapidement. Ou quand les données économiques se dégradent, il peut sortir d’un secteur d’activité pour rentrer dans un autre. Alors qu’un ETF ne dispose pas de cette réaction rapide puisque l’actif du fonds dépend de la composition de l’indice de référence, indice qui est révisé qu’à certaines périodes.

Avec une gestion active, l’investisseur peut également utiliser des stratégies pour couvrir son portefeuille comme la vente à découvert ou les produits dérivés.

Les inconvénients de la gestion active

L’un des principaux inconvénients de la gestion active est qu’elle est généralement plus chère que la gestion passive. En effet, les fonds qui sont gérés de manière active comme les OPCVM ont des frais de gestion plus élevés que les fonds indiciels comme les ETF. Ce qui est normal puisqu’un gérant actif n’a pas du tout la même activité sur les marchés qu’un gérant passif. Son objectif est de surperformer le marché, et cela a un prix.

Pour un investisseur qui se lance dans la gestion active, cela possède également un coût plus élevé puisqu’il faut passer des ordres de bourse plus souvent qu’un investisseur passif. De plus, cette méthode de gestion exige souvent beaucoup de temps et de recherche pour prendre des décisions d’investissement éclairées, ce qui peut représenter une charge pour certains investisseurs.

Enfin, les partisans de la gestion passive ont coutume de dire que la gestion active n’est pas aussi performante que la gestion passive. Car faire les bons choix en bourse et essayer de battre le marché peut s’avérer très compliqué, surtout quand on ne s’y connaît pas. Mais cette pensée est partiellement fausse : cela dépend des choix des gérants actifs, tout comme cela dépend des choix des gérants passifs. Un ETF pourra être bien moins performant dans les phases baissières du marché qu’un gérant actif. Mais l’inverse est possible dans les phases haussières. Donc c’est un inconvénient sans en être un, cela dépend d’où l’on se place.

⚠️ Avertissement : Les informations présentées sont données à titre informatif et ne doivent être en aucun cas considérées comme un quelconque conseil en investissement, ou une recommandation d’achat ou de vente. Les informations contenues peuvent devenir obsolètes avec le temps.
L'investissement dans des produits financiers (actions, ETF, OPCVM, etc..) est risqué par nature et doit s'envisager à long terme. Il est impératif que vous fassiez vos propres recherches avant toute décision d'investissement, ou rapprochez-vous d'un professionnel du secteur financier pour avoir un avis éclairé sur l’adéquation de ces investissements à votre situation personnelle.

Si vous avez aimé cet article, faites-le nous savoir !

Notez cet article !
Articles similaires...