Qu'est-ce que le risque de change en bourse ?
Risque de change

Qu’est-ce que le risque de change en bourse ?

Dans la plupart des cas, l’achat d’actifs dans un pays étranger se fait dans la devise locale. Autrement dit, vous allez devoir convertir un montant donné d’euros dans une autre devise. Vous devez garder à l’esprit que chaque monnaie change et fluctue en permanence par rapport aux autres. Cette fluctuation se nomme le risque de change.

Il peut vous faire gagner de l’argent, mais aussi vous en faire perdre. Dans cet article, nous aborderons plus amplement ce qu’est le risque de change, la manière de l’éviter ou encore d’en tirer profit.

Le risque de change : définition

Pour une entreprise, le risque de change correspond au risque de perdre (ou de gagner) de l’argent lorsque la devise utilisée pour le paiement des biens et services est différente de l’euro. Cela résulte d’une possible variation du prix des paires de devises. Le problème ne se pose pas lorsque les pays sont dans la zone euro.

Les entreprises qui opèrent au niveau mondial sont principalement concernées par le risque de change. En effet :

  • La variation du taux de change durant les périodes de paiement peut avoir une incidence sur le prix des factures (risque de transaction) ;
  • La fluctuation du taux de change d’une « paire de devise » (soit une devise par rapport à une autre) peut avoir une incidence sur la capacité concurrentielle des produits d’une entreprise. La volatilité de la paire euro € / dollar $ est l’une des plus importantes au monde.

En bourse, les investisseurs peuvent aussi être concernés par le risque de change lorsqu’ils achètent un actif financier (action, obligation, etc..) dans une autre devise que la devise de leur pays. Ce risque fait peser sur l’investisseur la possibilité de perdre de l’argent si les taux de change évoluent défavorablement.

En revanche, si les taux de change évoluent favorablement, ce risque de change peut lui faire gagner de l’argent.

Les différents risques de change

Un risque de change peut être divisé en trois catégories :

  • le risque de change de transaction ;
  • le risque de change de conversion ;
  • le risque de change économique.

Exemple de risque de change

Voici deux exemples de risque de change concret.

  • Hypothèse 1 : L’euro se déprécie face au dollar, la valeur du dollar augmente

Si vous êtes français et que vous décidez aujourd’hui d’acheter des actions Apple à 150 dollars par action, vous allez probablement payer en euros une somme qui dépend du cours de la devise EUR/USD. Supposons que celui-ci soit de 1,10 aujourd’hui. Cela veut dire que 1 € = 1,10 $.

Pour acheter 10 actions Apple, vous devrez donc débourser (150/1,10) x 10 = 1363,63 €.

Imaginons que 2 ans plus tard, l’action vaut toujours 150 dollars, mais que le taux de la paire de devise EUR/USD soit de 1,05. En gros, l’euro s’est déprécié face au dollar, puisque la monnaie vaut moins qu’auparavant. Le dollar en revanche vaut davantage, donc vous êtes gagnant dans cette situation.

Si vous souhaitez vendre vos 10 actions Apple, vous recevrez (150/1,05) x 10 = 1428,57 €.

Incroyable ! Le prix de l’action est resté inchangé, mais vous avez quand même gagné de l’argent et fait des bénéfices. Évidemment, on a pas pris en compte les frais de transactions des courtiers.

Ce phénomène s’explique tout simplement car le dollar s’est apprécié face à l’euro. Autrement dit, le dollar est devenu plus cher que l’euro pour la même unité de monnaie. Donc quand on a des actions libellées en dollar, et que l’euro perd de la valeur face au dollar, on est gagnant !

  • Hypothèse 2 : L’euro s’apprécie face au dollar, la valeur du dollar diminue

Dans cette deuxième hypothèse, on va prendre l’exemple de l’euro qui devient plus cher que le dollar.

Toujours avec nos actions Apple. Imaginons que vous achetez 10 actions Apple à 150 dollars l’action lorsque 1 € = 1,10$.

Pour acheter 10 actions Apple, vous devrez donc débourser (150/1,10) x 10 = 1363,63 €.

Imaginons que le contexte économique fait que 2 ans après, l’Euro vaut 1,18 $. Il s’est apprécié et a pris de la valeur face au dollar. Le taux EUR/USD est donc de 1,18.

Si vous souhaitez vendre vos 10 actions Apple, vous percevrez (150/1,18) x 10 = 1271,18€.

Presque 100€ de perdu à cause de la dépréciation du dollar face à l’euro ! C’est pour cela qu’on appelle ça le risque de change. C’est le risque de perdre de l’argent si la monnaie dans laquelle nos actions sont libellées se déprécie face à la monnaie de notre pays.

C’est exactement pareil pour les livres sterling en Angleterre, les francs suisses en Suisse, etc.. Toutes les actions peuvent être libellées dans des devises différentes.

Pourquoi le cours des devises fluctue ?

Connaître les causes de la fluctuation des cours des devises étrangères pourraient vous faciliter l’élaboration de votre plan de placement. Il vous sera plus facile de décider du niveau de risque à prendre. Voici les trois principales raisons pour lesquelles les prix des devises fluctuent :

  • La politique monétaire des pays : les banques centrales sont capables d’influencer la mise en circulation des devises en agissant sur l’offre de monnaie ou sur les taux d’intérêt directeurs.
  • L’inflation : de manière générale, les monnaies des pays présentant un taux d’inflation important ont une valeur monétaire plus basse.
  • La situation politique et économique actuelle : dans la plupart des cas, lorsqu’un pays est considéré comme politiquement et économiquement stable, les investissements qui y sont effectués sont considérés comme moins dangereux. Par conséquent, une plus forte demande entraîne une hausse de la valeur de la monnaie concernée.

Comment se protéger du risque de change ?

Pour se protéger du risque de change, les investisseurs institutionnels, tels que les hedge funds et les fonds communs de placement, ainsi que les grandes sociétés multinationales, couvrent le risque de change sur le marché des changes avec des instruments que l’on appelle « instruments de couverture ».

Ces instruments de couverture peuvent être de différentes sortes. En voici quelques-uns :

  • le contrat ferme (ou contrat à terme) ;
  • les swaps de devises ;
  • le contrat optionnel (option de change) ;
  • les produits dérivés ;
  • les assurances.

Pour les investisseurs particuliers qui peuvent ne pas avoir accès à ce type de produits financiers spécifiques, ou qui ne les connaissent pas suffisamment, il est possible de réduire le risque de change avec des moyens simples.

Ainsi, les investisseurs français peuvent envisager d’investir dans des pays dont la monnaie et les taux d’intérêt sont en forte hausse, tout en examinant l’inflation de ces pays. Grâce à ces données économiques, il est possible d’avoir une idée du risque de change. Les pays qui possèdent des devises fortes sur le marché des changes sont généralement des pays peu endettés par rapport à leur PIB.

En résumé : ce qu’est le risque de change

Le risque de change représente un risque auquel est exposé tout investisseur qui souhaite acheter un actif émis dans une devise autre que celle de son pays. Il s’expose au risque de perdre de l’argent si la monnaie de ses actifs se déprécie avec le temps.

Les taux de change connaissent constamment des fluctuations. Par conséquent, les investisseurs qui ont l’habitude d’acheter des actifs étrangers dans des devises étrangères doivent tenir compte de ce facteur.

En fonction du cours de cette devise, l’investisseur réalisera soit un gain, soit une perte. En outre, plusieurs facteurs expliquent les fluctuations des devises. Pour se protéger de ce risque de change, il est tout à fait possible d’utiliser des instruments financiers nommés « couverture ».

Ces instruments de couverture offrent la possibilité de se couvrir contre une fluctuation défavorable de la devise par rapport aux revenus. Ils permettent également de réduire l’incertitude liée au risque de change.

Articles similaires...
Assurance vie
Lire plus

Ouvrir une assurance vie en 2022 : Avantages, fiscalité, fonctionnement…

L’assurance-vie est un placement très apprécié des Français puisqu’elle permet de répondre à différents besoins : préparer sa retraite, investir en bourse, ou encore se constituer une épargne à moyen ou long terme. Vous l’aurez compris, l’assurance-vie est considérée à juste titre comme le “couteau suisse” du patrimoine. Elle présente également de nombreux avantages notamment d’un point de vue fiscal qu’il est utile de connaître. Voici tous les éléments à connaître sur l’assurance-vie.