Comment réagir face à un krach boursier ?
réagir krach boursier

Comment réagir face à un krach boursier ?

Le krachs boursier est dans l’esprit de tous les investisseurs. On se demande toujours quand est-ce qu’il va arriver. Difficile à prévoir, un krach boursier peut malgré tout présenter des opportunités d’investissement. Tout savoir sur ce phénomène relativement rare mais régulier en bourse.

Krach boursier : c’est quoi ?

Un krach boursier est défini comme une chute brutale et soudaine du cours des actions à cause de la vente massive des investisseurs, ce qui provoque en conséquence une chute des marchés financiers.

Il intervient généralement lors de l’éclatement d’une bulle spéculative après une tendance haussière, ou de l’annonce d’une mauvaise nouvelle pour l’économie.

Dans l’histoire des marchés financiers, il y a eu plusieurs krachs boursiers. Le premier le plus marquant est sûrement celui de 1929 qui a laissé derrière lui la plus grosse crise économique du 20è siècle. Le plus récent est celui provoqué en mars 2020 lors de la crise du coronavirus.

Quelles sont les raisons d’un krach boursier ?

Les marchés sont en constante fluctuation, à la hausse ou à la baisse. Lorsque la tendance est haussière, on parle de bull market. Et lorsque la tendance est baissière, on parle de bear market.

Ces fluctuations peuvent être provoquées par des nouvelles macro-économiques, des actualités, des changements de politiques, des décisions gouvernementales, des banques centrales, etc. Tout un tas d’éléments peuvent influencer sur les marchés boursiers.

En revanche, quand les fluctuations deviennent si brutales qu’elles se transforment en krach boursier, c’est qu’il y a un évènement pas commun qui est survenu. Le plus souvent, un krach boursier survient après l’explosion d’une bulle spéculative suivant une tendance haussière excessive ayant menée à la surévaluation des actifs financiers.

Le krach peut aussi survenir comme en 1987 d’un relèvement brutal des taux d’intérêts par les banques centrales pour ralentir l’inflation.

Enfin, un krach boursier peut également survenir en cas de guerre, même si l’histoire démontre que les déclarations de guerre n’ont pas eu un impact majeur sur les marchés financiers, mais plutôt un impact limité.

Quelles sont les conséquences d’un krach boursier ?

Les conséquences d’un krach boursier sont caractéristiques à chaque krach. Tous les krachs ne se transforment pas en crise économique ou en crise financière.

Généralement, un krach provoque des difficultés économiques et une diminution de la consommation. Dans certains cas, il peut provoquer des crises économiques, ou alors de simples ralentissements économiques.

De plus, un krach provoque inévitablement une perte de confiance envers les institutions de la part des consommateurs, mais aussi des investisseurs. C’est d’ailleurs suite à la crise de subprimes de 2008 que le Bitcoin est apparu car la défiance envers les banques, acteurs majeurs de cette crise, était à son apogée.

Quelques conseils pour se protéger d’un krach boursier

Voici quelques conseils pour se protéger en amont d’un krach boursier.

  • Étudiez chacun de vos investissements

Psychologiquement, la première réaction d’un investisseur est de vendre ses investissements (actions, ETF, etc.). C’est une grossière erreur. Un krach boursier n’est en aucun cas la seule raison pour se débarrasser d’un investissement. Si on le fait, c’est que l’on est pas sûr de son choix, et que l’on doute de son investissement à long terme.

Pour éviter d’être dans ce cas de figure lors d’un krach boursier, la première chose à faire est d’étudier longuement chacun de ses investissements. On n’investit pas dans une action sans connaître les fondamentaux de la société derrière. Sans savoir si la société génère des bénéfices. Sans savoir si la société est fortement endettée. Ainsi de suite.

En étudiant chacun de vos investissements, vous pourrez déterminer leurs avantages, leurs inconvénients, votre horizon d’investissement avec ce type d’actif. Vous pourrez tout à fait prévoir les hypothèses de vente de l’actif, ainsi que mettre en place des ordres « stop loss » pour limiter les pertes en cas de baisses des marchés.

Mais cette hypothèse doit s’étudier en amont, et pas le jour du krach boursier ! Toutes vos recherches vous permettront de déterminer si l’action doit être conservée en cas de krach, ou non. Si non, à quel prix voulez-vous la vendre. Etc.

Ainsi, en cas de baisse du marché plus ou moins sévère, cela peut vous éviter de vendre un excellent investissement à long terme pour votre portefeuille boursier, pour la seule et unique raison que les indices se sont écroulés ce jour-là.

  • Déterminez votre tolérance au risque

Il s’agit d’une des bases de l’investissement, mais beaucoup d’investisseurs ne le font pas. Et cela se voit lors de krachs boursiers. Déterminez impérativement votre tolérance au risque, pour ne pas vous faire surprendre le jour J par un manque de sang froid.

La tolérance au risque, c’est la volatilité que vous êtes prêt à accepter en échange d’un rendement potentiel plus élevé. L’investissement sur les marchés boursiers est risqué par nature mais certains instruments financiers le sont plus que d’autres. Généralement, les actions sont plus risquées que les obligations ou les ETF. Aussi, les actions growth sont plus risquées que les actions value.

En déterminant votre tolérance au risque, vous saurez si vous êtes apte à surmonter un krach boursier. Et vous serez capable de surmonter les difficultés à rester investi jusqu’à la reprise des marchés (car les marchés se reprennent toujours) qui n’est pas déterminée dans le temps.

Si vous n’avez pas déterminé votre tolérance au risque et que le krach boursier est survenu, ne paniquez pas ! C’est une leçon, comme on en a tous pris en bourse. Profitez justement du contexte pour savoir si vous savez garder votre sang froid pendant l’agitation des marchés.

  • Diversifiez votre portefeuille

La diversification de votre portefeuille est votre meilleure amie pour affronter un krach boursier. Si vous avez bien diversifié votre capital sur plusieurs placements et catégories d’actifs, une baisse des marchés n’aura qu’un impact limité sur votre portefeuille.

La diversification de portefeuille consiste à placer son argent sur plusieurs actifs financiers : actions, obligations, ETF, OPCVM, etc. Mais aussi sur plusieurs placements : immobilier, bourse, investissements divers, etc.

Elle est essentielle pour réduire le risque lié à chacun des investissements, et permet de s’assurer que vos investissements ne sont pas dépendants d’un seul actif. Comme le célèbre le proverbe le dit : « Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier ».

N’hésitez pas non plus à diversifier vos supports d’investissement : compte-titres, PEA, assurance-vie…

Causes krach boursier

Comment réagir pendant un krach boursier ?

Si le krach boursier est en cours, voici quelques conseils pour savoir comment réagir.

  • Ne prenez aucune décision sous le stress ou la panique

La pire décision d’investissement lors d’un krach boursier est de vendre sous l’effet de la panique ou du stress de voir ses investissements s’effondrer. Le mieux est dans un premier temps de ne rien faire, et d’attendre.

La bourse peut baisser brutalement sur une seule journée, et continuer à baisser pendant des mois. Alors c’est inutile de prendre une décision sous la panique à partir de la première chute.

Même si c’est difficile de voir ses placements en perte, c’est probablement la meilleure chose à faire. Il faut savoir que les économies rebondissent inévitablement.

  • Soyez prêt à renforcer certaines de vos positions

Lors de corrections ou de krach sur les marchés financiers ou le marché des cryptos, on entend une multitude de « Buy the Dip ! » sur les réseaux sociaux.

Buy the Dip signifie en français « Achetez la baisse! ». Même si cette expression est tournée en dérision par certains qui en abusent pour inciter les autres à acheter des actifs qui s’écroulent et ne se relèveront pas, il faut savoir que les points bas des marchés présentent de nombreuses opportunités d’achat.

Même si un sang froid est indispensable pour acheter en cas de krach boursier, si vous avez bien étudié vos investissements et que vous avez confiance en vos valeurs, cela peut être un excellent moyen de faire baisser vos prix de revient unitaire (PRU).

Cela peut aussi être un moyen d’acheter une action ou un actif que vous suivez depuis quelques mois déjà et qui était surévalué. L’astuce est de se créer une liste d’actions que vous aimeriez posséder, et de se fixer un prix intéressant auquel acheter. Même si vous n’atteignez pas le niveau le plus bas de l’action, ce n’est pas grave. À long terme, cela ne se verra pas !

Pour pouvoir acheter dans les creux du marché, il est impératif de garder des liquidités lorsque les marchés deviennent haussiers à l’excès et les actions surévaluées.

L’autre stratégie d’investissement possible lors d’un krach boursier est ce que l’on appelle la méthode DCA. Elle consiste pour un investisseur à acheter le même actif plusieurs fois pendant la baisse des marchés. L’avantage est que vous lissez votre PRU et vous accompagnez l’actif dans sa baisse. L’inconvénient est que si vous commencez à l’acheter trop tôt et qu’il baisse trop, vous n’aurez peut-être pas assez de liquidités pour suivre. Sans parler du fait qu’il peut ne jamais se relever.

  • Concentrez-vous sur le long terme

Même s’il peut y avoir de l’inquiétude lorsque les marchés baissent brutalement, il faut essayer à tout prix de se concentrer sur le long terme. Vous le savez, l’une des premières règles avant d’investir en bourse est la suivante : l’argent investi en bourse ne doit pas être indispensable à votre quotidien, c’est de l’argent que vous n’utilisez pas. La bourse s’envisage à long terme.

Lors d’un krach, repensez à cette règle primordiale. Et dites vous que même si c’est normal d’être pessimiste, si vous revendez en perte, vous n’aurez plus des moins-values latentes mais bien des moins-values réelles. Vous aurez officiellement des pertes. Alors que les marchés peuvent, comme en 2020, se relever en moins de 6 mois parfois. Imaginez perdre de l’argent car vous n’avez pas pu attendre 6 mois ! C’est quand même bête, non ?

Même si vous attendez 2 ans ou 5 ans, pensez à long terme ! 2 ans ou 5 ans sur un investissement boursier, c’est rien.

Quelle est la durée d’un krach boursier ?

La durée d’un krach boursier est très aléatoire. Tout comme il est impossible de prévoir la date exacte du prochain krach boursier.

Il faut savoir que la plupart des derniers krach boursiers ont duré environ 2 ans, d’autres plus de 10 ans pour retrouver leur niveau d’avant-crise (crise de 1929), et enfin le dernier krach lors de la crise sanitaire a duré seulement 6 mois avant que les marchés retrouvent leurs niveaux d’avant-crise.

Quels sont les plus gros krachs boursiers au niveau mondial ?

Dans l’histoire des marchés financiers, il y a eu plusieurs krachs boursiers. En général ils ne sont pas fréquents, mais disons qu’ils peuvent arriver de manière régulière. Voici les krachs boursiers les plus marquants depuis 1920.

  • Le krach de 1929 : l’un des plus marquants de l’histoire

Connu de tous les investisseurs, ce krach est l’un des plus marquants dans l’histoire des marchés financiers. À l’époque, il est intervenu à cause de la récession économique qui a fait paniquer les investisseurs.

Il marque ainsi le début de la Grande Dépression, la plus grande crise économique du 20ème siècle. De 1929 à 1932, les marchés financiers se contractent jusqu’à atteindre -80% de leurs sommets les plus récents. Il aura fallu 20 ans pour retrouver ces sommets.

  • Le krach de 1987 : Black Monday

Le 19 octobre 1987, les États-Unis ont connu le krach boursier le plus violent de leur histoire. Après 5 ans de hausse ininterrompue sur le marché des actions et un endettement massif, les marchés ont décroché brutalement lors d’une journée appelée « Black Monday » (lundi noir en français).

Ce lundi du 19 octobre, l’indice américain Dow Jones perdait 22,6% à la clôture, ce qui a entraîné une baisse de 27% à la Bourse de Londres, et 46% à la Bourse de Hong Kong. La Bourse de Paris s’en était bien sortie avec une baisse de 9,64% sur la journée.

Suite à ce krach qui s’est rétabli en 2 ans seulement, l’autorité de régulation américaine, la Securities and Exchange Commission a mis en place des restrictions sur les transactions pour éviter les ventes massives liées à la panique des investisseurs.

  • Le krach de 2000 : l’éclatement de la bulle Internet

Dans les années 1990, prospèrent les entreprises technologiques liées à la création d’Internet. De 1990 à 2000, une multitude d’entreprises voient le jour dans le secteur technologique et des télécommunications. Cela va créer une bulle spéculative d’une grande ampleur, que l’on appelle la bulle Internet, ou la bulle des Dot-Com. Elle éclatera en mars 2000.

L’indice américain chute de près de 50%. Il aura fallu 7 ans aux marchés pour se remettre de ce krach hautement spéculatif.

  • Le krach de 2008 : la crise de subprimes

Une bulle immobilière s’est formée dans les années 2000 aux États-Unis. De nombreux crédits immobiliers étaient octroyés à des gens qui disposaient de revenus peu élevés, et donc n’étaient pas très solvables. Le jour où les taux d’intérêt ont augmenté, comme les crédits étaient à taux variable, les ménages se sont retrouvés dans l’incapacité de rembourser leur prêt. Cela a créé une crise financière hors normes qui s’est propagée dans le monde entier.

Les principaux indices boursiers ont perdu près de la moitié de leur valeur au cours de cette crise. Il aura fallu deux ans pour s’en remettre.

  • Le krach de 2020 : la crise du coronavirus

Finissons par le plus récent, celui qui a eu lieu au début de la crise sanitaire liée au coronavirus en mars 2020. Lors de l’annonce des confinements mondiaux par les gouvernements, les marchés financiers s’étaient rétractés très rapidement de l’ordre d’environ -30% sur un mois.

Cependant, les banques centrales ont injecté massivement des liquidités pour soutenir l’économie, ce qui fait qu’en août 2020, le marché avait déjà rebondi. Il aura donc mis à peine six mois pour s’en remettre.

En résumé : ne paniquez pas

La règle d’or lors d’un krach boursier ou d’une chute des marchés est de ne pas paniquer. Même si c’est facile à dire, l’erreur ultime serait de prendre une décision dans le feu de l’action sans réfléchir.

Ayez conscience que les économies se relèvent toujours après un krach, c’est juste la durée qui varie. Pour se protéger d’une baisse brutale des marchés, une diversification de portefeuille s’impose. Définissez également votre appétence au risque en amont et visez le long terme.

La bourse sur le long terme offre des rendements intéressants aux investisseurs.

 

Articles similaires...