Marché efficient en finance : définition, exemples et limites
Marché efficient

Marché efficient en finance : définition, exemples et limites

La théorie de l’efficience des marchés, également appelée marché efficient, est une théorie selon laquelle les prix des actifs reflètent exactement leur juste valeur, de sorte qu’il est impossible de trouver des actions surévaluées ou sous-évaluées. On fait le point sur cette théorie qui possède ses partisans, mais aussi ses détracteurs.

Qu’est-ce qu’un marché efficient en finance ?

Un marché efficient en finance est une théorie économique selon laquelle les prix des actifs financiers reflètent toutes les informations disponibles sur le marché en temps réel.

Cette théorie est également connue sous le nom d’hypothèse de l’efficience du marché, de l’anglais « Efficient Market Hypothesis », a été développée par l’économiste américain Eugène Fama. Elle se cache sous l’acronyme EMH.

Selon cette hypothèse, les actions se négocient toujours à leur juste valeur sur les marchés boursiers car elles intègrent déjà toutes les informations publiques disponibles sur le marché. Toutes les informations étant déjà incorporées dans les prix, il n’y a donc aucun moyen de « battre » le marché, car il n’existe pas de titres sous-évalués ou surévalués.

Par conséquent, il devrait être purement impossible de surperformer l’ensemble du marché par le biais d’une sélection individuelle des actions, également appelé stock picking. Selon cette théorie, tous les investisseurs auraient donc potentiellement des rendements identiques. La seule façon pour un investisseur d’obtenir des rendements plus élevés est d’acheter des investissements plus risqués.

Cette théorie d’efficience des marchés est contestée par certains chercheurs et investisseurs, qui affirment qu’il est possible de battre régulièrement le marché en utilisant des informations fondamentales.

Quels sont les différents degrés d’efficience des marchés ?

Il existe trois degrés d’efficience des marchés, selon l’hypothèse d’efficience de marché.

  • Le marché à efficience faible

La forme faible de l’efficience du marché soutient que les mouvements de prix passés ne sont pas utiles pour prédire les prix futurs. Si toutes les informations disponibles et pertinentes sont incorporées dans les prix actuels, les changements de prix futurs ne peuvent être que le résultat de la disponibilité de nouvelles informations.

Sur la base de ce degré d’efficience, il ne faut pas s’attendre à ce que les stratégies d’investissement basées sur l’analyse technique permettent d’obtenir des rendements supérieurs à la normale sur le marché à long terme.

Dans cette forme d’hypothèse, il reste uniquement la possibilité que des rendements supérieurs au marché soient possibles en utilisant l’analyse fondamentale. Ce point de vue a été largement enseigné dans les études financières universitaires pendant des décennies, bien qu’il ne soit plus autant enseigné aujourd’hui.

  • Le marché à efficience semi-forte

Le marché à efficience semi-forte soutient l’idée que le prix des actifs, et notamment des actions, s’ajuste rapidement pour absorber les nouvelles informations publiques disponibles. Cela peut être les résultats d’une entreprise, l’annonce des données économiques, etc.

Cela signifie qu’un investisseur ne peut pas tirer un bénéfice supérieur à celui du marché en négociant sur la base de ces nouvelles informations. Cela implique que ni l’analyse technique ni l’analyse fondamentale ne seraient des stratégies fiables pour obtenir des rendements supérieurs au marché, car toute information obtenue par l’analyse fondamentale sera déjà disponible et donc déjà incorporée dans les prix actuels.

Seules les informations privilégiées non disponibles pour l’ensemble du marché seront utiles pour obtenir un avantage dans les transactions, et seulement pour ceux qui possèdent l’information avant le reste du marché. En sachant qu’il existe pour les personnes détenant des informations privilégiées le risque de délit d’initié.

  • Le marché à efficience forte

La forme forte de l’efficience du marché affirme que les prix des actifs financiers sur le marché reflètent toutes les informations, tant publiques que privilégiées.

Cette hypothèse est la plus extrême : elle signifie qu’aucun investisseur, y compris un initié de l’entreprise, ne serait en mesure de réaliser des bénéfices supérieurs à ceux de l’investisseur moyen, même s’il avait connaissance de nouvelles informations privilégiées.

Cette forme d’efficience n’est pas la plus retenue, ni la plus enseignée dans les études de finance, car elle est assez extrême.

Quelles sont les conditions d’un marché efficient ?

Pour qu’un marché soit considéré comme efficient, il faut qu’il y ait une parfaite communication financière auprès de tous les acteurs de la bourse. L’absence de communication financière ne permet pas de rendre un marché efficient.

Un marché efficient implique notamment que la prévision des prix futurs des actifs n’est pas toujours précise, et que les prix des actifs financiers reflètent toujours rapidement toutes les nouvelles informations disponibles sur le marché (rapports annuels, communication de la société, actualités financières ou économiques..).

Des exemples de marché efficient

Il existe des preuves concrètes qu’une plus grande diffusion de l’information financière au public affecte les prix des titres et rend un marché plus efficient.

Par exemple, l’adoption de la loi Sarbanes-Oxley de 2002, qui exigeait une plus grande transparence financière des sociétés cotées en bourse, a entraîné une baisse de la volatilité du marché des actions après la publication d’un rapport trimestriel par une société. On a constaté que les états financiers étaient jugés plus crédibles, rendant ainsi les informations plus fiables et générant une plus grande confiance dans le cours d’un titre.

Les surprises sont moins nombreuses, de sorte que les réactions des investisseurs à l’égard des résultats sont plus faibles. Ce changement dans le modèle de volatilité montre que l’adoption de la loi Sarbanes-Oxley et ses exigences en matière d’information ont rendu le marché plus efficient.

D’autres exemples d’efficience apparaissent lorsque des anomalies perçues sur le marché sont largement connues et disparaissent ensuite. Par exemple, il fut un temps où, lorsqu’une action était ajoutée pour la première fois à un indice tel que le S&P 500, le cours de cette action était fortement stimulé simplement parce qu’elle faisait partie de l’indice et non en raison d’un nouveau changement dans les fondamentaux de l’entreprise.

Cette anomalie de l’effet d’indice a été largement rapportée et connue, et a depuis largement disparu en conséquence. Cela signifie qu’à mesure que l’information augmente, les marchés deviennent plus efficaces et les anomalies sont réduites.

Un marché peut-il être inefficient ?

Certains marchés sont certainement moins efficients que d’autres. Un marché inefficient est un marché sur lequel les prix d’un actif ne reflètent pas exactement sa valeur réelle, ce qui peut se produire pour plusieurs raisons.

L’inefficience du marché peut être due, entre autres, à des asymétries d’information, à un manque d’acheteurs et de vendeurs (c’est-à-dire une faible liquidité), à des coûts ou des délais de transaction élevés, à la psychologie du marché et aux émotions humaines.

Les limites de la théorie d’efficience des marchés

La théorie d’efficience des marchés possède ses partisans, mais surtout ses opposants. Les adeptes de la version forte de l’efficience des marchés se composent souvent d’investisseurs indiciels passifs, qui ne sont pas adeptes de la gestion passive.

De l’autre côté de cette théorie, se trouvent les investisseurs de style « value » comme le célèbre Warren Buffet. Ces investisseurs soutiennent plutôt que les actions peuvent être sous-évaluées, c’est-à-dire dont le prix est inférieur à leur valeur intrinsèque. Les investisseurs value soutiennent donc que les marchés peuvent être inefficients.

Les investisseurs de style valeur qui réussissent gagnent leur argent en achetant des actions lorsqu’elles sont sous-évaluées et en les vendant lorsque leur prix augmente pour atteindre ou dépasser leur valeur intrinsèque.

La théorie du marché efficient pose plusieurs problèmes dans la réalité. Premièrement, l’hypothèse suppose que tous les investisseurs perçoivent toutes les informations disponibles exactement de la même manière. Ce qui en réalité n’est pas possible car pour avoir accès à l’information financière la plus complète, il faut faire une veille extrêmement difficile, et elle n’est pas diffusée partout au même moment.

De plus, les différentes méthodes d’analyse fondamentale posent aussi quelques problèmes pour prouver cette théorie. Si un investisseur recherche des opportunités d’investissement sous-évaluées tandis qu’un autre évalue une action sur la base de son potentiel de croissance, ces deux investisseurs seront déjà arrivés à une évaluation différente de la juste valeur de l’action. On le remarque aussi avec les consensus des analystes qui peuvent diverger selon les données sur lesquelles ils s’appuient.

Par conséquent, l’une des limites de cette théorie est de dire que, puisque les investisseurs évaluent les actions différemment, il est impossible de déterminer ce qu’une action devrait valoir dans un marché efficient.

Alors que de nombreux marchés financiers semblent raisonnablement efficients, des événements tels que les krachs boursiers et la bulle Internet au début des années 2000 semblent révéler une sorte d’inefficacité du marché.

⚠️ Avertissement : Les informations présentées sont données à titre informatif et ne doivent être en aucun cas considérées comme un quelconque conseil en investissement, ou une recommandation d’achat ou de vente. Les informations contenues peuvent devenir obsolètes avec le temps.
L'investissement dans des produits financiers (actions, ETF, OPCVM, etc..) est risqué par nature et doit s'envisager à long terme. Il est impératif que vous fassiez vos propres recherches avant toute décision d'investissement, ou rapprochez-vous d'un professionnel du secteur financier pour avoir un avis éclairé sur l’adéquation de ces investissements à votre situation personnelle.

Si vous avez aimé cet article, faites-le nous savoir !

Notez cet article !
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires...
Greenwashing
Lire plus

Qu’est-ce que le greenwashing ?

Le développement durable et la lutte contre le réchauffement climatique sont désormais inscrits dans les décisions...
Investir en bourse à partir de 1€ 🚀
Découvrir Trade Republic