Comment vivre de la bourse en 2022 ?
Vivre de la bourse

Comment vivre de la bourse en 2022 ?

Vivre de la bourse fait rêver de nombreux investisseurs. Mais qu’en est-il en réalité ? Voici tout ce que vous devez savoir.

Quels sont les différents moyens pour vivre de la bourse ?

Vivre des revenus passifs de vos investissements et devenir financièrement indépendant est une idée qui attire de nombreux investisseurs. Heureusement, il existe plusieurs façons de créer un portefeuille d’investissement qui peut vous ramener des revenus passifs.

Voici les deux principaux moyens de vivre de la bourse :

  • Les plus-values obtenues sur des stratégies d’investissement à court terme : Pour cela, il faut être un trader professionnel qui pratique du trading à court terme (day trading) voir très court terme (swing trading), et qui affiche de belles performances régulièrement grâce à ses compétences techniques et son expérience avancées
  • Les dividendes obtenus grâce à des stratégies d’investissement à long terme : Pour cela, pas besoin d’être un as de la finance. Il faut simplement se focaliser sur des actions à dividendes intéressantes.

Bon, pour être honnête, je pense que si vous êtes dans le premier cas (trader professionnel), vous allez sûrement vous ennuyer en lisant cet article car vous savez très bien comment générer de l’argent, et vous savez aussi si vous pouvez en vivre grâce à votre historique de résultats.

Nous allons donc nous concentrer sur l’approche des revenus passifs par les dividendes pour vivre de la bourse, une méthode qui est bien plus accessible à tous les investisseurs particuliers. C’est d’ailleurs la première chose à laquelle on pense quand on parle de « vivre de la bourse ».

Vivre de la bourse rime avec vivre des dividendes. C’est accessible à un plus large éventail de personnes, et surtout cela ne demande pas autant de compétences techniques que du trading quotidien !

Les dividendes représentent une partie des bénéfices d’une société qu’elle verse à ses actionnaires. De nombreuses sociétés versent des dividendes à leurs investisseurs pour les fidéliser, généralement sur une base annuelle, mais parfois trimestrielle, voire mensuelle.

Déterminer au préalable son montant pour vivre convenablement

Il n’y a pas de secret : pour vivre de la bourse, il faut posséder un gros capital et aimer le risque. Mais avant de savoir combien faut-il investir pour vivre de la bourse, il faut tout d’abord déterminer vos attentes et vos besoins en matière de revenus.

Vous souhaitez gagner 500€, 1000€ ou 2000€ par mois grâce à la bourse ? Quelles sont vos charges mensuelles à couvrir ? Les besoins en matière de revenu sont différents pour chaque personne.

Pour faire simple, il est possible de regarder les revenus que vous gagnez en travaillant, ainsi que vos dépenses. Et vous vous fixez l’objectif de gagner ces mêmes revenus avec des dividendes en bourse, en les modulant suivant vos dépenses prévisionnelles.

Tout ceci se calcule, et ce n’est pas anodin. On ne peut pas décider de vivre de la bourse sans même connaître et prévoir le coût de notre vie chaque mois. Ou sinon ça serait clairement inconscient de faire ça sans un minimum de gestion de ses finances personnelles.

Ensuite, il vous faudra prendre en compte le rendement de vos dividendes par an.

En résumé, pour déterminer le montant que vous devez investir pour vivre de dividendes, vous devez définir deux choses : le montant que vous prévoyez de dépenser par an et le rendement en dividendes de votre portefeuille. Une fois que vous les avez, divisez le premier par le second pour obtenir la valeur de votre portefeuille.

Combien faut-il investir en bourse pour en vivre ?

On va prendre quelques exemples concrets de différentes situations financières.

  • Exemple 1 : Thomas, étudiant avec une tolérance au risque modérée

Imaginons que Thomas est un étudiant qui a 23 ans. Il a pris conscience des enjeux et des avantages de l’investissement à son jeune âge. C’est déjà un merveilleux point ! Beaucoup de personnes de son âge n’ont pas encore de culture financière.

Thomas a fait le calcul de ses dépenses et il dépense environ 18 000€ par an (loyer, dépenses du quotidien, etc.). Il est très prudent sur ses dépenses. Il n’a pas d’épargne, donc il démarre de 0€.

Il possède une tolérance au risque modérée. Il s’achète régulièrement des actions à dividendes pour espérer vivre de la bourse avec la méthode DCA. Cette méthode consiste à placer de l’argent en bourse chaque mois pour lisser les prix de revient.

Actuellement, Thomas possède un portefeuille d’actions à dividendes qui lui confère un rendement moyen de 3% par an.

Pour que Thomas puisse vivre de ses dividendes et par conséquent vivre de la bourse en assumant ses besoins, il aura besoin au total de : 18 000 / 0,03 = 540 000€. Mais ceci ne prend pas en compte l’impôt de 30% (appelée flat tax).

Si l’on prend en compte la flat tax, à savoir l’impôt applicable sur les dividendes de 30%, Thomas aura besoin de :

18 000 / (1-0,3) / 0,03 = 857 142 €.

Avec 857 142 € placés en bourse avec un rendement de 3% par an, Thomas pourra couvrir ses dépenses de 18 000€ par an.

  • Exemple 2 : Alexandra, salariée avec une tolérance au risque élevée

Prenons maintenant le cas d’Alexandra, salariée en CDI dans la vie active de 35 ans. Alexandra possède déjà 100 000€ d’épargne.

Alexandra a fait le calcul de ses dépenses, et elle s’est aperçue qu’elle avait besoin de 35 000€ par an pour assumer son train de vie et ses obligations, soit environ 2 900€ par mois.

Alexandra étant en CDI, elle est prête à prendre plus de risques. Elle possède une tolérance au risque très élevé. Elle s’est déjà constituée un portefeuille d’actions à dividendes et de REIT qui lui confèrent un rendement de 8% par an.

Pour vivre de la bourse, Alexandra aura besoin au total de : 35 000 / 0,08 = 437 500€ (hors flat tax). 

Si l’on prend en compte la flat tax, Alexandra aura besoin de :

35 000 / (1-0,3) / 0,08 = 625 000€. Si l’on déduit ses 100 000€ d’épargne, elle aura besoin en réalité de 525 000€ pour couvrir ses dépenses de 35 000€ par an.

Vous l’aurez compris, vivre de la bourse peut s’avérer compliqué, et ce n’est pas donné à tout le monde. C’est avant tout un travail de patience et de rigueur.

Important : Ces chiffres sont évidemment à prendre avec précaution et très simplifiés dans un objectif de pédagogie. C’est juste pour que vous vous rendiez compte le capital qu’il faut. Mais ces chiffres ne tiennent compte ni de l’évolution du cours de l’action qui peut varier, ni du réinvestissement des dividendes (j’en parle plus bas).

  • Ne pas oublier la flat tax applicable aux dividendes

Quelque soit votre hypothèse, n’oubliez pas de prendre en compte la flat tax dans vos calculs de dividendes. La flax tax est également appelé prélèvement forfaitaire unique (PFU).

Depuis le 1er janvier 2018, la flat tax s’applique aux dividendes à un taux de 30% (17,2% de prélèvements sociaux et 12,8% d’impôt sur le revenu). Ce taux est de 30% est fixe quel que soit votre barème d’impôt sur le revenu.

Ce prélèvement forfaitaire unique s’applique dès que vous recevez vos dividendes sur votre compte de courtage.

Si vous n’êtes pas à l’aise avec cette notion, il est toujours bon d’obtenir des conseils fiscaux personnalisés concernant les implications de toute stratégie d’investissement. Rapprochez vous d’un conseiller fiscaliste comme un expert-comptable ou un avocat en droit fiscal.

Quel est le rendement réaliste des dividendes ?

Certains vous parleront de 15% ou 20% par an pour vous faire rêver, mais soyons réaliste. Déjà, l’exemple des 8% de rendement des dividendes dans mon exemple précédent est un peu poussé.

En réalité, toutes les entreprises ne possèdent pas un rendement aussi élevés des dividendes, sinon cela serait inquiétant. Cela signifierait qu’elle distribue la majeure partie de ses bénéfices à ses actionnaires au détriment de sa croissance et de ses salariés !

Même si cela peut varier, vous pouvez généralement espérer un rendement en dividendes compris entre 1 % et 6 %.

Le rendement total en dividendes de votre portefeuille d’investissement dépendra de sa composition. Voici quelques exemples de rendements en dividendes historiques moyens sur certaines actions connues pour leurs dividendes :

Action Realty Income (REIT) : environ 4,14 % par an sur les 5 dernières années
Action Coca-Cola : environ 3,04 % par an sur les 5 dernières années
Action McDonald’s : environ 2,28 % par an sur les 5 dernières années

Bien que vous ne puissiez pas savoir avec certitude quels dividendes une société versera à l’avenir, vous pouvez le déduire examinant ses rendements historiques. Vous devriez pouvoir les trouver en cherchant l’action chez votre courtier ou en utilisant des bases de données indépendantes en ligne comme zonebourse.

Quels sont les actifs à privilégier pour des dividendes ?

Il existe plusieurs types d’actifs dans lesquels les investisseurs peuvent placer leur argent pour placer leur argent. Le plus commun est sans aucun doute celui des actions, mais il existe aussi des REIT et des ETF qui versent des bons dividendes.

  • Les actions à dividendes

Lorsque vous constituez un portefeuille d’actions à dividendes, il est tentant de choisir les sociétés qui ont les rendements les plus élevés, mais c’est une stratégie très risquée. Il y a bien d’autres éléments à prendre en compte pour évaluer la valeur d’une action que son dividende. En fait, celles dont les rendements sont les plus élevés peuvent être les plus risquées.

Pour plus d’informations à ce sujet, n’hésitez pas à suivre notre guide d’investissement sur les actions à dividendes.

De manière générale, pour calculer le rendement en dividendes d’une action, il faut diviser son dividende annuel par le prix de l’action. Par exemple, si une action verse un dividende annuel de 5 € et qu’elle coûte 100 €, son rendement en dividendes est de 5 %.

Vous l’aurez compris, lorsque le prix de l’action baisse, le rendement du dividende augmente. Et c’est cette relation inverse qui peut être risquée. Si un investisseur voit que le rendement d’une action augmente d’année en année alors que c’est juste à cause d’une baisse de l’action, il pourrait perdre rapidement son capital.

C’est pour cela que vous devriez toujours évaluer la durabilité du rendement d’un actif avant de l’ajouter à votre portefeuille. Pour vivre de la bourse, il faut que les dividendes soient durables. Inutile d’avoir des dividendes extrêmement élevés durant une année pour ne plus rien avoir les 5 prochaines années.

Comme pour n’importe quelle action, les actions à dividendes demandent aux investisseurs une analyse fondamentale des bilans financiers de la société. Pour s’assurer qu’elle pourra encore verser des dividendes pendant de nombreuses années.

Pour vous aider, nous avons fait une liste des meilleures actions à dividendes.

  • Les REIT

Les REIT sont des sociétés d’investissement immobilier américaines cotées en bourse. En France, on parle de SIIC (Société d’Investissement Immobilier Coté). Ce sont des structures juridiques qui détiennent de l’immobilier. Ainsi, les REIT permettent aux personnes d’investir dans l’immobilier en bourse tout ça avec un petit budget.

Ce qui est intéressant avec les REIT, c’est que ce sont des structures juridiques qui sont tenues par la législation américaine de reverser 90 % de leurs bénéfices à leurs actionnaires. Ainsi, certains REIT versent même des dividendes de manière mensuelle, comme Realty Income (O).

  • Les ETF à dividendes

Les ETF à dividendes sont probablement le meilleur moyen de diversifier son portefeuille tout en percevant des dividendes. Même s’ils ne possèdent pas un rendement aussi élevé que des actions individuelles, il existe de nombreux ETF qui versent les dividendes perçus à leurs actionnaires.

Pour vous aider, nous avons fait une liste des meilleurs ETF à dividendes.

L’effet boule de neige du réinvestissement des dividendes

Si vous réinvestissez vos dividendes perçus dans un premier temps, avant de les voir comme une source de revenus, vous pourrez atteindre plus facilement vos objectifs. Cela augmentera automatiquement vos rendements et vous aurez moins à sortir de votre poche pour investir. C’est ce que l’on appelle aussi les intérêts composés.

Ainsi, vous pouvez superposer vos rendements à long terme grâce à la puissance de la capitalisation. Vos dividendes permettent d’acheter plus d’actions, ce qui augmente votre dividende la fois suivante, ce qui vous permet d’acheter encore plus d’actions, et ainsi de suite.

⚠️ Avertissement : Les informations présentées sont données à titre informatif et ne doivent être en aucun cas considérées comme un quelconque conseil en investissement, ou une recommandation d’achat ou de vente. Les informations contenues peuvent devenir obsolètes avec le temps.
L'investissement dans des produits financiers (actions, ETF, OPCVM, etc..) est risqué par nature et doit s'envisager à long terme, c'est pourquoi il est nécessaire que vous fassiez vos propres recherches avant toute décision d'investissement. 
Boursicoteur ne pourra être en aucun cas responsable des pertes ou dommages résultant d'une décision d'investissement, qu'elle soit ou non basée sur le contenu de l'article. 
Nous vous invitons également à vous rapprocher d'un conseiller financier ou un professionnel du secteur financier pour avoir un avis éclairé sur l’adéquation de ces investissements à votre situation personnelle.

Articles similaires...
Cathie Wood
Lire plus

Qui est Cathie Wood ?

Cathie Wood est sûrement l'une des personnes les plus influentes dans le monde de la finance, aux côtés du célèbre investisseur Warren Buffet. Avec ses fonds détenus par sa société ARK Invest, elle affiche de magnifiques performances sur des secteurs d'avenir. Voici tout ce que vous devez savoir sur cette femme surnommée « Queen Cathie ».
OPCVM
Lire plus

Qu’est-ce qu’un OPCVM ?

Les OPCVM représentent une bonne opportunité d'investissement pour les investisseurs particuliers désireux de diversifier leur portefeuille à moindre frais. Voici tout ce que vous devez savoir sur cet instrument financier de plus en plus répandu.